Philosophie


Le parfum pour moi est Art.

Aboutissement d’une vie modelée par l’expression des senteurs et des couleurs, le parfum vient interpeller ma sensibilité, mon imaginaire créatif pour dépeindre un paysage, une personne, une émotion, tout comme une idée esthétique abstraite.

Je le conçois comme un poème musical sensoriel d’une grande douceur, où chaque note vibre successivement avec clarté pour qu’en se déposant sur l’être, il puisse rencontrer son intimité, faire corps avec lui et lui donner vie.



Lorsque je compose un parfum…

  • j’aiguise mon regard sur le champ des couleurs,
  • je tends l’oreille au chant des fragrances,
  • je dépeins et sculpte la poétique inspirée de chaque instant,
  • je respire la musique captivante des cœurs et des émotions,
  • je touche avec délice l’horizon du sensible,
  • je me fonds de désir pour une harmonie du rêve et de la réalité,
  • je déguste le plaisir rare et précieux de l’intimité du beau.
Je l’aime coloré, harmonieux, gourmand, frais et léger comme la rosée, transparent comme la pluie.

Parfum sur mesure

Parfums muséographiques

Le Parfum Paolo Porpora

Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Valence


A l’identité savoureuse des 2 tableaux de Paolo Porpora « Fleurs & fruits », le parfum dans une atmosphère en clair obscur d’un baroque chamarré exubérant, développe successivement ses trois modes aromatiques, léger, voluptueux et charnel.



Parfums de soi

Un parfum exclusif, composé à votre image et à votre goût, empreint de vos émotions, vos sensations et vos souvenirs heureux.

Nous dessinons ensemble sa poétique et son style à partir de votre profil sensoriel, de vos inspirations et votre imaginaire, sublimés selon les 7 tests couleur de mon « Aromachrome© ».


Logolfs identité olfactive

Les odeurs sont partout.
Eléments d’un dialogue permanent avec les autres et avec le monde, elles nous rappellent que nous avons un nez et que grâce à celui-ci nous pouvons saisir notre environnement et le garder en mémoire.

C’est pourquoi un Logolf, en dotant une marque, un territoire, une ville, une œuvre d’art, un évènement, d’une signature olfactive à son identité, fixe durablement une empreinte dans la mémoire individuelle et collective.

Ainsi la poétique colorée du « Parfum d’Identité » fait sens pour chacun.

Le Parfum de Chalencon

Le parfum Forêt du Chêne Liège

Parfums de caractère

Le style harmonieux, épuré, doux, linéaire, qui signe l’ensemble de mes créations, me permet de les classer en 4 familles caractéristiques selon leur expression qualitative couleur, lumière, matière, architecture.

Parfums de lumière  côté scène
Parfums de nature  côté jardin
Parfums de voyage  côté cour
Parfums d’ombre  côté coulisse

Parfums de lumière côté scène

Sous les feux de la rampe, solaires et brulants de vitalité, spectaculaires et théâtraux, festifs, oniriques, sonores et parfois tapageurs, ces parfums spatiaux mangent la vie avec brio.

« Menton » en écho à son citron méditerranéen, teinté d’accent italien, exalte une partition kaléidoscopique mordorée, faite d’agrumes, de pittosporum et de fleurs d’oranger sur un continuum de pins maritimes. Cathédrale des sens fleurant bon les vacances estivales.

« Rendez-vous » offre une rencontre fruitée amoureuse avec la générosité, la gourmandise et la volupté d’une pivoine sensuelle et éclatante. Tourbillon de notes de bois de cachemire et de cyclamen, il explose en un bouquet final de rose jasminée et d’iris vanillé.

« Palace » emplit l’atmosphère envoutante d’un palais baroque oriental nimbé de fleurs d’ylang-ylang vibrant à la lumière éclatante de la mandarine et du physalis. Ambre, musc et tubéreuse y célèbrent la sensualité byzantine d’un voile d’organza translucide.

« Le Finaliste » incarne l’homme planté, décidé, volontaire, mature, qui dessine son avenir de senteurs franches, d’herbe coupée, de physalis, d’œillet rehaussé de géranium. Une fusion épicée d’ambre vert et de racine de vétiver.

Parfums de nature côté jardin

Dans un discours aller -et- retour du dedans au dehors, rafraîchissant, ressourçant, ces parfums respirent la verdure satinée et diffusent un parterre de bien être enveloppant.

« Printania » chante la fête de la saison première, vivifiante, au cœur fringant de chlorophylle et d’amande douce, couronnant le lilas et le jeune muguet poudré d’iris. Délices graminés d’un Eden de verdure légèrement mouillé.

« Seringat » offre sa brassée généreuse de « jasmin du poète », de choisya, de gardénia, où l’onctuosité de la tubéreuse pulpeuse et la mousse de Bavière se fond en ses rondeurs. Rimes nacrées de fleurs blanches qui s’interpellent et s’assemblent.

« Prouvençal » embrasse la bonne humeur de la brise saline, des pins boisés, du thym et du romarin dans l’euphorie d’un champ de lavande entremêlé de figuiers. Paysage méridional aux accents pointus.

« Horizon » étale à perte de vue, un trait de notes herbacées et hespéridées de pamplemousse et de bergamote, qui s’embrasent dans un ciel d’oranger du Mexique et de géranium sauvage. Soirée vertige, vert gazon, vers l’oraison.

Parfums de voyage côté cour

Invitation à un ailleurs, culturel, artistique, historique, stimulant l’imaginaire, les rencontres lyriques et poétiques, ces parfums réfléchissent les couleurs de l’arc-en-ciel.

« Arcachon » au creux des dunes souples de sable fin caressées par la brise océanique, invite à l’abandon des notes gourmandes de la mandarine douce et du physalis. En accord, les savoureuses pralines vanillées viennent se fondre au santal et au musc blanc pour créer la redemande.

« Élysée » étire son écharpe bois de rose, au-dessus d’un miroir d’eau, d’iris, de violette et de jasmin. Refrain d’un matin parisien pointilliste, se jouant des facettes moirées du palmarosa, du patchouli et de la fève tonka.

« Émaho » libère à l’infini son paradis sensuel, où les jeunes fleurs de lotus, cueillies à la rosée matinale lissent et unissent les notes de thé vert et de fleur de lilas à la violette de Parme, dans un univers poudré-ambré. Silence immaculé, absence et présence du blanc.

« Irish » célèbre la rousse Irlande aux senteurs accrocheuses de carotte sauvage et d’immortelle, répliquant au vent épicé des criques marines anisées. Promenade aux accents d’angélique constamment au bord d’un rivage à l’allure de mirage bourbon.

Parfums d’ombre côté coulisse

Ces parfums, tout de confidence mate et discrète, profonds et intimistes, chuchotent en clair-obscur leur densité et leur mystère blotti.

« Moana » encense les savanes sourdes et épicées de cannelle et de plantes sauvages, telle une plongée dans l’univers de la maroquinerie où la malle fatiguée, aux notes arrondies de cuir fleuri et d’œillet libère la mémoire des ancêtres.

« Primordial » s’offre à l’authenticité de sa nature originelle où la bête embusquée à la peau tannée, musquée, émerge de sa gangue, envahie de lichen et de pin boisé, à l’aube d’une aire férocement mature. Fondamentalement mâle.

« Copellia » joue la fascinante et charmeuse violette de parme, à l’âme slave où géranium sauvage, gardénia et cuir vanillé, scandent une mazurka tumultueuse aux petites notes farouches d’oranger. Trajectoire saccadée d’un automate au boisé ambré.

« Lily » fixe à jamais l’empreinte fugitive et secrète du lilas et du pétunia, consumés par la jacinthe poudrée et le freesia musqué. Boudoir vaporeux drapé de velours vénitiens incrustés de souvenirs améthystes.

Presse

Copyright © 2006-2015 Didier-Michel - Tous droits réservés